POWER Africa:

Deuxième année 

Le progrès dans la mise en oeuvre du projet à mi-parcours de POWER Africa

270 068 membres touchés dans la deuxième année, portant le total à 380 383 (82,6% de la cible)

Burundi

Épargnes moyennes par membre: 3,90$

Crédit moyen par membre: 7,00$

Éthiopie

Épargnes moyennes par membre: 9,61$

Crédit moyen par membre: 17,68$

Rwanda

Épargnes moyennes par membre: 12,00$

59% des groupes AVEC sont liés aux SACCOS 

17% des groupes AVEC sont liés aux banques ou IMFs

14% des groupes AVEC ne sont liés à aucun service

Côte d'Ivoire

Épargnes moyennes par membre: 4,60$

Crédit moyen par membre: 14,00$

20 groupes liés aux IMFs à travers l'étude pilote de liaison

Les liens commencent à être créés en Côte d'Ivoire, au Rwanda et au Burundi, grâce au soutien assuré en continu par les formations d'éducation et de littératie financières. La liaison prépare les groupes AVEC à ouvrir des comptes avec les fournisseurs de services financiers locaux

POWER Africa a formé 11 611 groupes d'épargnes dans la deuxième année avec un montant total d'économies de

2 976 447$

Mise à jour par pays

Au Rwanda, les efforts se sont recentrés sur les liens avec les SACCOs (coopératives locales soutenues par le gouvernement, tels les fournisseurs de services financiers) en reconnaissance de l'appui du gouvernement aux fournisseurs de services financiers locaux. 

La liaison continue dans toutes les communautés de POWER. Les activités de liaison sont soutenues par les formations systématiques sur la littératie financière. À ce jour, 163 868 membres AVEC ont reçu des formations - 91% de la cible du PROFIR.

En Éthiopie, le manque de bonnes pluies a engendré de sérieux défis pour les groupes de POWER. 

Les membres des groupes ont été en mesure de maintenir leur niveau d'épargnes et de continuer à se réunir en groupe, malgré le stress significatif que représente la perte de terres et de récolte. 

Les premiers groupes de POWER Africa ont partagé leur fonds et commencé leur deuxième cycle. 12% des groupes ont pu partager.

Au Burundi, le processus de liaison a commencé avec une évaluation du secteur financier et l'identification des partnenaires appropriés. Les négotiations ont commencé avec Kenya Commercial Bank (KCB), avec le soutien total du gouvernement. L'étude pilote de liaison devrait commencer dans la troisième année. 

Les adolescentes continuent à enregistrer des hausses de crédits à mesure que leurs AGRs se développent et se diversifient. Ce résultat est notable considérant l'instabilité politique du pays. Les filles ont pu utiliser les AVEC comme plateforme favorisant la résilience. 78% des membres ont déclaré que dans les situations d'urgence financière, elles ont pu compter sur leurs groupes AVEC ou leur propres épargnes.

Les formations sur l'entreprenariat et la gestion des activités en Côte d'Ivoire encouragent les AGRs individuelles, accroissent le montant des emprunts contractés et la réduction du montant moyen des crédits. 

CARE a formé des partenariats pour la liaison avec deux banques, ADVANS et Ecobank, facilités et encouragés par les réseaux de télécommunications mobiles MTN et Orange respectivement. 

 

20 groupes à Bouaké et Abidjan ont été choisis  pour l'étude pilote de liaison et ont été liés pour les épargnes soit avec Orange et Ecobank ou avec MTN et ADVANS. 

Le progrès de la deuxième année

Les données du Burundi et de l'Éthiopie montrent que dans les situations d'urgence (comme l'instabilité politique au Burundi et la sécheresse en Éthiopie), les AVEC représentent des appuis cruciaux pour l'accès rapide aux capitaux et pour le maintient de l'épargne obtenue à travers des sources diversifiées de revenus.

 

Au Burundi, quelques adolescentes ont partagé tôt dû à l'instabilité qui a touché leurs communautés. Ces membres AVEC ont connu une meilleure situation que les membres qui ont terminé un cycle complet (12 mois) - elles ont épargné 19,6% plus que les autres filles. La plupart des filles ont également débuté un nouveau cycle, prouvant que la méthodologie AVEC devrait probablement être adaptée pour les jeunes adolescentes en réduisant la durée des cycles. 

En Éthiopie, les groupes AVEC ont continué les rencontres et ont été en mesure d'épargner au même taux et, dans quelques cas, à un taux plus élevé qu'avant la sécheresse. Les membres ont déclaré qu'ils pouvaient continuer à subvenir aux besoins de leurs familles parce qu'ils ne dépendaient pas exclusivement de l'agriculture pour leurs revenus. 

Les AVEC comme plateforme favorisant la résilience

Épargnes

Dans la deuxième année, les filles épargnent de plus en plus chaque semaine. Les AGRs se développent et deviennent rentables, assurant suffisamment de revenus pour subvenir à leurs besoins et ceuxs de leurs enfants. Le cumulatif des épargnes a augmenté régulièrement au cours de l'année. Les filles deviennent plus autonomes et peuvent investir dans des biens de valeur. 

Crédits

Les montants des crédits ont augmenté considérablement, tandis que le taux de contraction des prêts demeure élevé. Les filles gagnant plus de revenus, elles peuvent investir plus dans leurs AGRs, ce qui nécessite des taux de crédit plus élevés pour financer le développement et la diversification de leurs activités. Les AGRS sont beaucoup plus stables et donc les filles se concentrent sur la croissance de leurs enterprises. Les crédits sont aussi utilisés pour payer leurs frais scolaires.

Burundi

Éthiopie

Épargnes

Dans la deuxième année, les épargnes des membres ont continué d'augmenter, ainsi que le taux d'épargne cumulatif avec le potentiel de crédits et d'investissements additionels à travers les RUSACCOs et les AVEC. Les femmes sont devenues plus autonomes et sont en mesure de subvenir aux besoins de leurs familles. 

Crédit

Les montants des crédits ont augmenté notablement. Les membres AVEC combinent les prêts AVEC avec les crédits des RUSACCOs. Ils profitent de cet accès pour augmenter la taille de leurs crédits. Les membres contractent des prêts fréquemment. En géneral, les taux de crédit et épargne restent élevé malgré la sécheresse qui sévit.

Épargne

Dans la deuxième année, il est clair que le taux d'épargne individuel a augmenté. Les femmes parviennent à épargner moins que les hommes en géneral, mais elles épargnent plus que les hommes membres dans les groupes AVEC. La plupart des membres épargne de manière régulière et investit dans des biens de valeur. La formation sur l'entrepreneuriat a poussé des membres à démarrer des AGRs individuelles. Ces activités sont plus rentables que les AGRs collectives et augmentent la capacité des membres à épargner. 

Loans

Les membres contractent de plus en plus des petits crédits au sein de leurs AVEC. Ceci est particulièrement vrai pour les femmes membres. Les hommes peuvent accéder à de plus grands prêts en dehors du groupe AVEC. Il existe quelques cas où des individus obtiennent des crédits importants pour l'AGR collective du groupe, mais il y a aussi un taux augmentant de membres qui contractent des prêts individuels (MIS). Les femmes contractent plus de crédits que les hommes, qui ont davantage accès aux fournisseurs de services financiers externes.  

Côte d'Ivoire

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Visit us at care.ca

Visitez-nous à care.ca 

Send us an email at knowledge@care.ca

Envoyez-nous un email a knowledge@care.ca